Deux mois après le lancement du formulaire de candidature du concours #Idimi, qui a permis d’enregistrer 200 candidatures venant de toutes les régions de la Guinée, l’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI), avec le soutien de l’Ambassade de France en Guinée, a organisé le 16 juillet 2021, à Conakry, la deuxième étape du concours #Idimi, intitulé « Les jeunes ont des idées ». 

Cet évènement qui a mis à l’honneur les 20 candidats sélectionnés a été l’occasion pour ceux-ci de présenter leurs idées à tour de rôle et de partager leur vision du développement de notre pays devant un jury et un public fortement mobilisé pour la circonstance. Leurs idées répondent à des problématiques diverses et variées, allant de la santé, à l’éducation, en passant par la culture, le développement durable, etc.

Que signifie #Idimi et quels sont les objectifs de ce projet ? 

#Idimi est un mot dérivé de la langue kissi, parlée majoritairement au sud de la Guinée précisément dans la région de la Guinée forestière, qui signifie ‘’J’ai dit’’ ou ‘’J’ai parlé”. 

En effet, dans notre pays, les statistiques montrent que plus de la moitié de la population guinéenne est constituée de jeunes (15-35 ans). Mais, très souvent, cette couche importante de la population n’est pas ou est très peu écoutée ou consultée sur les questions relatives au développement national.

À travers cette initiative donc, l’objectif de l’ABLOGUI et son partenaire est de donner la parole à la jeunesse guinéenne afin de lui permettre de s’exprimer pour exposer ses idées, sa vision, du développement de la Guinée et de proposer aux décideurs des solutions concrètes pour résoudre les problèmes de société. 

Qui sont les lauréats du concours #Idimi ?  

À l’issue de la présentation des 20 candidats, le jury a sélectionné les 3 meilleures idées qui ont été récompensées pour leur innovation et leur impact.

Le premier prix du concours a été remporté par Oummou Kairy Baldé. Âgée de 25 ans, Oumou, à travers son initiative ‘’Women Grow By Digital’’, propose une solution d’inclusion numérique qui permettra aux femmes agricultrices en milieu rural de s’informer régulièrement sur la politique commerciale du pays et d’écouler facilement les produits cultivés.

Par le biais de cette initiative, elle compte ainsi réduire les pertes agricoles post-récoltes qui affectent considérablement la chaîne des valeurs de production pour améliorer ainsi les résultats de l’agriculture guinéenne en facilitant l’écoulement des produits agricoles des femmes vers les marchés de consommation.   

La deuxième place est occupée par Ismael Nabé avec son idée de ‘’Championnat vert’’ des écoles guinéennes, qui consiste à créer  notamment une forêt artificielle à travers l’organisation d’une compétition écologique entre les écoles et institutions d’enseignement. L’objectif est de contribuer à la reconstruction du couvert végétal. 

La candidate de la région de Kankan, Simone Koumba Camara, est la troisième lauréate du prix #Idimi. Femme au foyer et du haut de ses 25 ans, Simone nous invite à faire attention à ce que nous mangeons. Elle propose aux autorités des pistes de solutions qui permettront de lutter contre les additifs ajoutés à la pâte d’arachide dans la région de Kankan. Car, pour elle, nombreuses sont les femmes qui, pour des raisons pécuniaires, ajoutent de la farine de maïs ou du manioc à la patte d’arachide pour augmenter le volume. Cela entraîne des graves conséquences, comme la diarrhée, la gastrique ou encore l’hypertension, sur l’état de santé des consommateurs de ce produit alimentaire.

Après le concours, c’est quoi la suite ? 

Au mois de septembre 2021, l’ABLOGUI organisera une exposition photo sur la jeunesse guinéenne. Elle comportera les portraits des 20 jeunes candidats au concours et l’association invitera des personnalités au vernissage de cette exposition. 

Ensuite, l’exposition va se transporter dans des lieux ou espaces (maisons des jeunes, universités…) fréquentés par la jeunesse. À travers ces expo photos, l’ambition de l’ABLOGUI est de vendre une image positive de la jeunesse guinéenne.